Quel que soit le type de handicap physique ou mental, la personne handicapée subit des tensions tout au long de la journée : des peurs, des colères, des frustrations, des fatigues, des angoisses… A cela s’ajoute le fait qu’elle a peu d’occasions de communiquer véritablement ce qu’elle ressent. Les opportunités de se sentir valorisée peuvent être rares alors que pour tout individu le besoin de valorisation est un besoin important.

Pour les handicapés physiques, le handicap les rend, à des niveaux divers prisonniers de leur corps. Cela peut entraîner des douleurs, ne seraient ce que par les compensations de mouvements qu’ils sont contraints de faire, ou par le maintien prolongé en posture identique, assise ou allongée.

Le regard que la personne handicapée porte sur elle peut être négatif. Mais il doit aussi supporter le regard des autres et se confronter à l’image que ces regards et attitudes lui renvoient.

En outre, si le handicap affecte la personne dans ses capacités individuelles, il vient également perturber ses relations avec les autres, que ce soit avec sa famille, ses amis ou groupes auxquels il peut appartenir.

En quoi la Sophrologie peut-elle permettre de dépasser le handicap ?

La Sophrologie respecte la personne telle qu’elle est à l’instant présent. Le sophrologue ne juge pas et ne s’apitoie pas non plus. Il accueille la personne handicapée avec ce qu’elle vit et ressent, en confiance et en considération, exactement comme il accueille l’ensemble des personnes qui viennent lui demander de les aider.

L’accompagnement sophrologique commence toujours par un entretien qui permet à la personne d’exprimer ce qu’elle souhaite, mais aussi comment elle vit son état actuel. Ainsi le sophrologue obtient des informations importantes pour aller dans le sens de ce que souhaite le demandeur en utilisant des capacités qui ont déjà été utilisées, parfois inconsciemment, pour se sentir mieux ou pour réussir quelque chose.

Le sophrologue, si besoin assisté d’aidants ayant l’habitude d’accompagner la personne handicapée, adaptera les méthodes afin que chaque exercice soit un plaisir et une source de valorisation.

Bien entendu, la relaxation est un premier pas souvent nécessaire afin d’entrer positivement dans la séance. Il peut être utile de commencer par évacuer des tensions trop présentes pour laisser l’accès au calme intérieur et aux sensations.

La respiration aidera la personne handicapée à prendre contact avec son corps, dans ses parties valides puis dans ses parties lésées. C’est une étape importante car le handicap ne constitue pas l’unique caractéristique d’un handicapé. Bien des exemples nous sont quotidiennement proposés de personnes arrivant par volonté, enthousiasme, opiniâtreté et imagination à transformer leur vie malgré le handicap. La prise de conscience de chaque partie du corps est très utile, et ce n’est pas par exemple parce que l’on a été amputé d’une jambe, ou parce que l’on est aveugle, que le rythme des battements du cœur, que celui de la respiration, que le plaisir des sens non affectés ne peuvent être perçus et appréciés.

Nous l’avons noté, les personnes souffrant d’un handicap sont généralement l’objet de fortes tensions à longueur de journées. La Sophrologie par des exercices de contraction-relâchement des zones très tendues et douloureuses permettra d’accéder à la détente et au repos de ces régions corporelles.

Travailler également le lâcher-prise et la gestion des émotions est important pour accéder au calme, ne plus se focaliser sur des moments pénibles récents ou anciens, ne pas anticiper un futur difficile. Cet apprentissage améliore très progressivement le moral, mais aussi l’acceptation du handicap. En favorisant un regard bienveillant sur soi-même, la Sophrologie donne la capacité de mieux accueillir le regard des autres. Elle pacifie la relation et la rend plus simple.

Enfin, le Sophrologue, utilisant l’incapacité qu’a le cerveau à distinguer le réel de l’imaginaire, invitera la personne handicapée à s’imaginer dans une situation qui lui fait du bien, qui lui est agréable. C’est le fameux « comme si » qui amène à tous les possibles tout en respectant les limites de chacun.

En résumé, en associant la détente musculaire, la sensation de calme corporel et mental, la mobilisation adaptée du corps et la visualisation, la Sophrologie accompagne les personnes handicapées individuellement, ou en groupe, à mieux se connaître, se percevoir et s’accepter. Ce faisant, elle leur permet d’utiliser davantage les capacités dont elles disposent et dont elles prennent peu à peu conscience avec plaisir et fierté.

Ils ont fait l’expérience de la sophrologie

 « J’avais entendu parler de la sophrologie mais personnellement je ne connaissais pas du tout cette discipline. J’ai pu participer à un stage de 8 séances de Jean-Paul Michal organisé par mon club et j’ai été très intéressée spécialement à propos du lâcher-prise qui me concerne. »

Maryse 68 ans

« La Sophrologie m’a permis de me redonner un coup de fouet et de m’affirmer dans ma vie personnelle et surtout dans ma vie professionnelle car je disais toujours oui à tout le monde et maintenant je dis plus souvent non car j’ai pris beaucoup d’assurance. Suite aux séances avec Mr Michal, je prends des initiatives et cela s’est avéré utile. Mes collègues l’ont remarqué ! »

Mickaël 38 ans